Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Soleil Levant et de Bien-Aimée

Le blog de Soleil Levant et de Bien-Aimée

Ce blog a pour but de partager avec vous nos connaissances et nos expériences de la croissance intérieure ainsi qu'éveiller et inspirer sur le chemin spirituel pour le bien de tous et de toutes.

Publié le par Soleil Levant et Bien-Aimée
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE

Le syndrome de bien-être est un  livre, publié en 2015 par 2 auteurs :

-André Spicer  professeur de comportement organisationnel à la Cass Business School à Londres

-et Carl Cederström  professeur agrégé de l'organisation théorie organisationnelle  à l'Université de Stockholm en Suède

 

 Ce livre  explore la tendance croissante de "bien-être": une quête de plus en plus obsessionnelle du bonheur laquelle obsession peut s’avérer contre productive. Les 2 auteurs font valoir que l’attention sans relâche sur la santé et le bonheur  donne naissance  au ‘’syndrome du bien-être".

 

Dans leur  livre, les auteurs affirment que beaucoup d'entre nous souffrent du syndrome de bien-être. Cela signifie que les gens sont de plus en plus soucieux de maximiser leur santé individuelle et leur  bonheur.

 

Les auteurs font valoir que "la pression toujours présente afin de maximiser notre bien-être a commencé à travailler contre nous, nous faire sentir pire et nous provoquer à se replier sur nous-mêmes". Le livre décrit  les individus obsessionnels qui calculent et mesurent presque tous les aspects de leur vie dans la poursuite pour le bien-être.

 

Le syndrome de bien-être fait référence à des symptômes tels que l'anxiété, l'auto-blâme et la culpabilité - pour ne citer que quelques-uns. Le syndrome de bien-être est basé sur l’ hypothèse que l'individu est une personne autonome, avec une  forte volonté et faisant l'effort sans relâche pour s'améliorer. Cette insistance que l'individu est capable de choisir son propre destin, provoque un sentiment de culpabilité et d'anxiété.

 

 

LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE

 André Spicer et Carl Cederström font valoir que de nombreux gouvernements emploient  maintenant les spécialistes du comportement pour leur aider à façonner les politiques. Cette  ingérence de l'État dans notre vie privée augmente de plus en plus. Ils expliquent également que cette obsession de bien-être peut amener les entreprises à créer des attentes   pour améliorer constamment la santé et le bonheur de leurs employés, même si la recherche montre qu'il n’est pas facile de changer les habitudes des gens.

 

«Depuis plusieurs années, les gouvernements ont tenté de contrôler combien les gens mangent et boivent, si nous fumons et faisons l'exercice, et la façon dont nous nous sentons heureux», dit le professeur André Spicer .

 

"Plus récemment, les grandes entreprises ont suivi le pas  aussi. Ils encouragent les employés à signer des plans de bien-être qui les obligent à adopter une alimentation saine, à faire  l'exercice, arrêter de fumer et  réduire leur consommation d'alcool ".

 

 

Cette fixation sur la santé et le bonheur peut  se retourner  souvent contre l’implantation du bien-être , dit-il, car  une obsession de bien-être individuel rend effectivement certaines personnes plus anxieuses, coupables, déprimées et, finalement, malsaines, à la fois physiquement et mentalement. De plus les employés sont sous pression pour maintenir une apparence d'être optimiste et heureux, même quand ils ne sont pas.

 

"La pression pour maximiser notre bien-être peut nous faire ressentir le pire. Nous avons commencé à penser qu'une personne qui est en bonne santé et heureux est une bonne personne morale alors que les gens qui sont insalubres et malheureux sont des échecs moraux », explique Spicer.

 

Dans leur livre , les auteurs  déterrent des histoires de la façon dont la recherche de la santé et le bonheur conduit à des conséquences extrêmes.

 

Ils trouvent un nombre croissant d'entreprises qui mettent en place des programmes de bien-être de leurs employés. Aux Etats-Unis, les entreprises dépensent plus de 6 milliards $ sur les programmes de bien-être des employés.

 

 

Plus de 70 pour cent des  sociétés de  Fortune 250 ont des programmes de bien-être des employés mis en place. Ces programmes peuvent tout inclure allant  des programmes d'abandon du tabac et  de la perte de poids par les adhésions gratuites aux programmes de gym, des conseils de saine alimentation et le coaching de vie.

 

 

Certaines organisations ont déplacé  l'interdiction de fumer jusqu’à l’interdiction s’appliquant aux fumeurs. À l'instar de la prestigieuse clinique Mayo, de nombreuses organisations de soins de santé aujourd'hui n'emploient pas les gens qui fument. Ils testent régulièrement leurs employés afin qu'ils restent à l'écart des cigarettes.

 


 D'autres entreprises ont forcé leurs employés  à porter des technologies de type tracking-life  pour le suivi  de leur santé   gardant ainsi  une trace de leur rythme cardiaque, les niveaux de stress, combien ils mangent et leurs habitudes de sommeil.

 

 

Une compagnie de couverture de fonds basée à Londres utilise ces technologies pour garder un œil sur les habitudes de leurs vendeurs  sur le travail car ceci  pourrait signifier qu'ils prennent des décisions risquées sur le travail.

 

 

Les PDG affichent régulièrement leurs prouesses physiques avec des activités de type macho  comme faire la gymnastique intense, se livrer à des sports d'aventure ou des activités d'endurance. Le nombre de chefs de direction des États-Unis qui a couru des marathons a augmenté de 85 pour cent entre 2001 et 2011.

 


«L'hypothèse est que pour être un bon chef d'entreprise, vous n’avez pas  seulement besoin d'être bon à votre travail, vous devez également être en super forme», explique le Dr Carl Cederstöm .

 

 

"Cet accent myope sur le bien-être peut conduire à de nouvelles formes de discrimination. Elle peut conduire à ignorer des gens qui ont un ensemble de compétences parfaitement adapté à un emploi mais parce qu’ils sont  négligeant dans leur santé corporelle  ils sont considérés comme insalubres ou impropres. Les gens qui ne parviennent pas à prendre soin de leurs corps sont maintenant diabolisés comme des paresseux, faibles ou  ayant une faible volonté ».

 

 

Google offre à ses employés des cours de méditation de la pleine conscience, une alimentation saine et des opportunités pour faire l'exercice. Le but, selon un chef exécutif à la société, était de «créer l'illusion que vous n’étiez pas au travail, mais sur un certain type de croisière ou  dans une station balnéaire ".

 

 

A Scania, le fabricant de véhicules suédois, les employés malsains sont invités à assister à une école de santé où ils apprennent sur la façon de mener un style de vie plus sain.

 

‘ Certaines interventions de bien-être peuvent empêcher les gens de faire face aux problèmes médicaux réels ", ajoute Cederstöm.

LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE
LE SYNDROME DU BIEN-ÊTRE

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog